Les autorités fédérales de la Confédération suisse Administration fédérale

Département de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication

Office fédéral des routes OFROU

Assurer la mobilité en tout temps

Profil métier - 10.03.2020

 

La gestion du trafic est une thématique complexe sur le chantier de la Jonction du Grand-Saconnex (JAG). Ce périmètre très dense doté de nombreuses entrées et sorties rend difficile l’application de schémas standards. Pour gérer le trafic le plus efficacement possible, l’Office fédéral des routes (OFROU) a décidé de séparer la partie trafic du reste de l’appel d’offres. Ce mode de fonctionnement unique sur ce type de projets permet aux professionnels liés à la gestion du trafic de mener les opérations indépendamment de l’entreprise chargée de la réalisation des ouvrages.

 

 

Mobilisés au quotidien sur la JAG, les ingénieurs trafic s’occupent des différentes dessertes de la zone et mettent leur expertise au service de l’OFROU dans l’ensemble des démarches liées à la gestion du trafic sur le chantier. Ces démarches incluent notamment des contacts réguliers avec les organisations à proximité telles que Genève Aéroport, Palexpo et Arena. Il s’agit aussi de tenir compte de toutes les thématiques clés liées au Grand-Saconnex comme le tunnel des Nations.

 

 

Respecter des engagements précis

Pour mener leur mission, les mandataires spécialisés s’appuient sur un rapport qui retrace les origines de la JAG et identifie les évolutions de charge trafic ainsi que les futures évolutions possibles. Leur objectif principal est d’appliquer les engagements de l’OFROU, à savoir:

 

  1. Limiter l’impact des phases de gestion de trafic pour les usagers
    Cela signifie qu’il n’est pas possible de modifier la circulation sur la zone à moins que cela ne se limite à 5 % de la circulation et ce, en référence à un plan de charge de 2015. Avec cet engagement fort, le but est de mener les phasages trafic nécessaires pour avancer le chantier tout en assurant le fonctionnement du trafic de la JAG.
  2. Maintenir les axes de mobilités douces
    Doté de pistes cyclables avec des itinéraires de référence, le Grand-Saconnex fait l’objet des préoccupations d’associations ayant à cœur de les préserver. Après la tenue d’un dialogue avec ces associations, l’Office des transports de Genève et l’OFROU se sont engagées à ce que les dessertes Grand-Saconnex et France soient maintenues en continu durant les travaux. Cela touche à des axes bien connus des résidents et des usagers du Grand-Saconnex tels que la passerelle des Batailleux ou encore celle de la Foretaille.

 

L’équipe ingénierie trafic fait partie depuis le début du projet d’un groupe de travail dédié au trafic. Ce comité est composé du chef de projet OFROU, des représentants du Service intercantonal d’entretien du réseau autoroutier (SIERA), de la police, de l’Office cantonal des transports (OCT) du BAMO et des représentants de la direction des travaux ainsi que de tous les organes impliqués dans la procédure de validation des plans de gestion de trafic. Avec pour objectifs de trouver un consensus sur l’ensemble des plans et d’intégrer la dimension de sécurité à chaque intervention, les séances de travail permettent à tous les acteurs clés de donner leur avis basé à la fois sur leur retour d’expériences et la connaissance du terrain. En marge de ces réunions, des séances spécifiques sont également organisées entre les ingénieurs trafic et l’OCT afin de traiter plus en détail le sujet des routes cantonales.

 

 

Intervenir dans un environnement en perpétuel mouvement

Pour définir les objectifs, les spécialistes trafic s’appuient sur les données d’entrée du rapport projet, en le réactualisant avec les nouvelles contraintes. Cette mise à jour régulière est particulièrement nécessaire dans le cas d’un projet complexe et en constante évolution comme celui de la JAG. A cela s’ajoute le fait que cette zone dynamique fait l’objet de grands projets d’aménagements lancés par le canton de Genève. Il faut donc constamment assurer que le chantier dispose en permanence de toutes les emprises nécessaires pour poursuivre les travaux.

 

Cette année étant marquée par une modification des phases de gestion trafic initiales, l’équipe de travail a rapidement dû s’adapter sur le terrain avec les plans. Une évolution du projet de génie civil a permis de revenir sur une donnée de base indiquant qu’il ne fallait pas terrasser le terre-plein central. Ce constat a ainsi rendu possible la mise en œuvre d’une phase de gestion trafic avec des voies de circulation plus larges en toute circonstances bénéfiques pour :

 

  • les usagers : en termes de circulation, ils disposent de 2 voies de 3m30 qui leur permettent d’avoir un meilleur gabarit, ce qui n’est pas toujours possible sur une zone de chantier.
  • les professionnels intervenant sur la JAG : cela apporte plus de souplesse pour les mises en œuvre des ouvrages.

 

Chiffres clés

/public/images/metier-2-cle.jpg



  Télécharger l'article complet (pdf)