Les autorités fédérales de la Confédération suisse Administration fédérale

Département de l'Environnement, des Transports, de l'Energie et de la Communication

Office fédéral des routes OFROU

Le dessinateur en génie civil: travailler en réseau

Profil métier - 14.01.2021

 


 

Ce volet passe en revue les outils du métier de dessinateur en génie civil et les étapes de la naissance d’un projet tel que celui la JAG. Des premières esquisses à la visualisation en 3D et la réalisation, de multiples allers-retours sont nécessaires, mais aussi une coordination parfaite entre les équipes.

 

Les débuts du dessin technique et architectural en tant que discipline distincte du dessin d’art ou de création remontent entre le XVe et XVIe siècles. Ce qui deviendra le dessin en génie civil se fait dès lors à la main, jusqu’à l’avènement de l’informatique dès la fin du XXe siècle.

Aujourd’hui, le dessin en génie civil recouvre une multitude de champs et de types de projets, des ouvrages d’art et infrastructures - soit les ponts, tunnels et structures hydrauliques - aux travaux routiers, réseaux électriques ou canalisations. Il recouvre aussi l’ensemble du bâti apparent, de la villa modeste aux structures importantes tels des stades. Le dessin en génie civil s’applique au fond à tout le bâti nécessitant une structure porteuse, aérienne ou enterrée.

 

Des outils informatiques en partage, pour faire dialoguer en direct les corps de métier


 

Autocad est le programme le plus utilisé, il permet de réaliser un plan en 2D ou en 3D et accompagne le dessinateur de la conception au rendu final. Usystème de calques permet d’activer ou désactiver des éléments particuliers, par exemple les réseaux d’eau ou d’électricité. D’autres modules spécifiques de calcul s’ajoutent au dessin, permettant notamment de déterminer les volumes de béton nécessaire ou la quantité de ferraillage à prévoir pour la résistance des structures en béton armé.

Basé sur la topographie du terrain, Covadis est un outil majeur dans le domaine des tracés routiers ou ferroviaires. Utilisé pour le dessin en 3D des routes et terrassements, il permet notamment de mieux appréhender les volumes de terre à excaver ou à mettre en œuvre lors de la conception d’un projet d’infrastructure.

Autre outil indispensable de la technologie BIM (pour Building Intelligence Management), Revit permet de modéliser tout un bâtiment en 3D, structures et fondations, énergies, ventilation, fluides, sanitaires, etc Avec la généralisation du cloud, ce système permet à tous les intervenants un échange d’informations en direct.

 

Des plans en coupe, en situation ou en élévation

 

La JAG a ceci de particulier qu’elle mêle tous les champs d’activités habituels des dessinateurs en génie civil : routes, réseaux enterrés, ouvrages d’art, réseau électromécanique, Génilac, Swissgrid. Ce chantier colossal prévoit notamment la démolition de deux ponts, la réalisation de deux tranchées couvertes et de trois nouveaux ponts. Le défi majeur est de réaliser tout cela sans aucune interruption du trafic. Le dessinateur est ainsi sollicité pour établir des plans de phasage permettant de maintenir la circulation tout au long des différentes étapes. Sur toute la durée du chantier de la JAG, quelque 2000 plans auront été réalisés.

La première phase d’un tel projet est celle des études préliminaires : sur mandat du maître d’ouvrage, le binôme ingénieur-dessinateur réalise une esquisse des ponts et des voies, procède à une estimation de la faisabilité et un chiffrage grossier. La deuxième phase est celle de l’avant-projet : sur la base de la variante retenue par le maître d’ouvrage, les calculs et dessins sont développés, vérifiés et le chiffrage affiné. La troisième phase est celle où l’onpousse l’étude de l’objet afin de lancer un appel d’offres pour la construction. La quatrième étape est celle de l’appel d’offres proprement dit.. Vient ensuite l’analyse des offres et le conseil au maître d’ouvrage. Enfin, c’est la phase de l’exécution et du suivi des travaux. Les plans deviennent alors des plans d’exécution qui serviront directement à la construction sur site.

 

De la nécessité d’anticiper, pour que chaque intervenant puisse réagir


 

Une quinzaine de dessinateurs et autant d’ingénieurs sont mobilisés sur le projet de la JAG. Globalement, le dessinateur fait les esquisses, puis l’ingénieur affine les calculs de résistance, structure, stabilité et à son tour, le dessinateur va affiner ses plans en y intégrant ces données complémentaires. Avec pour mission d’assurer la qualité de l’ensemble des ouvrages prévus, les dessinateurs et leurs équipiers ne perdent jamais de vue l’impératif consistant à respecter le planning et maîtriser les coûts. L’autre défi majeur tient à la coordination entre tous les corps de métier et à la nécessité d’anticiper : à chaque phase, notamment lors de l’exécution, les plans doivent être soumis à tous, en anticipant la mise en œuvre prévue pour que chaque acteur du chantier ait le temps de s’y préparer.

 

Chiffres clés

/public/images/posts/metier-5-c.png



  Télécharger l'article complet (pdf)